Covid - 19 : Tenir ensemble contre le virus

Durant ces moments difficiles, nous devons tenir ensemble contre le virus.

 

Les signes les plus fréquents sont la toux et la fièvre (ou la sensation de fièvre) mais d’autres signes peuvent également être présents : perte brutale du goût ou de l’odorat, maux de tête, forte fatigue, courbatures, douleurs thoraciques, essoufflement, diarrhée... ou d’autres signes repérés par les personnes de l’entourage (confusion…).

 

Si l’un ou plusieurs de ces symptômes apparaissent, il faut appeler son médecin sans délai.

 

Au quotidien, il existe des gestes barrières simples à adopter pour se protéger et protéger les autres :

  • se laver régulièrement les mains ou utiliser une solution hydro alcoolique ;

  • tousser ou éternuer dans son coude ou dans un mouchoir à usage unique ;

  • se moucher dans un mouchoir puis le jeter ;

  • éviter de se toucher le visage ;

  • respecter une distance de 1 à 2 mètres avec les autres ;

  • saluer sans serrer la main et arrêter les embrassades ;

  • porter un masque ;

  • limiter au maximum ses contacts avec les autres (6 personnes au maximum) ;

  • aérer chaque pièce le plus souvent possible, au minimum, quelques minutes toutes les heures.

Nous invitons les familles à la plus grande vigilance sur les rassemblements festifs d’élèves durant cette année, et qui peuvent être organisés dans le cadre privé.

 

Si ces moments conviviaux, habituellement organisés en début ou en cours d’année scolaire, participent à la consolidation des liens sociaux entre élèves, il est aussi prouvé qu’ils sont des vecteurs importants de propagation de la Covid – 19.

 

Nous comptons sur l’aide de tous les parents, afin d’être vigilants et d’éviter l’apparition de foyers de contamination qui auraient des conséquences immédiates sur le fonctionnement du lycée. La situation sanitaire est sous contrôle grâce aux protocoles d’identification et de traçabilité mis en place dans l’établissement.

Sur le plan sanitaire, le LFC suit le protocole français, mais aussi en ayant toujours un regard sur le contexte local en Égypte.

Concernant la gestion des cas contaminés, selon l'administration, la première source d'alerte reste l'information qui est directement donnée par les familles sur les situations sanitaires.

 

Dès que le lycée a l'information, il commence à identifier «  la fenêtre sanitaire » qui signifie la période de présence d'un élève contaminé à l'intérieur de l'établissement (le périmètre d’investigation), puis le lycée procède à une enquête pour évaluer les risques et identifier les cas contacts. Enfin, l'administration informe les enseignants pour leur permettre de suivre à distance les élèves placés à l’isolement.

 

Lorsqu'il y a un cas de contamination dans une classe (ou un même groupe), il faut que les parents sachent que le LFC doit vérifier et analyser les informations reçues en étudiant les documents fournis.

 

La fermeture d'une classe est un raccourci pour dire que nous plaçons tous les élèves en isolement à domicile, parce qu’ils sont considérés comme étant des cas contacts « étroits » ; c’est à dire lorsqu'ils ont été en classe avec un élève contaminé.

 

Il suffit donc d'avoir un seul élève positif pour fermer la classe. L’enseignant n'est pas considéré comme cas contact étroit.

 

La décision de fermeture est prise lorsque que l'administration, le médecin scolaire et l’ambassade peuvent analyser toutes ces informations. Cela peut prendre du temps, et nous comptons sur la compréhension des parents pour fournir les informations et documents demandés dans les plus brefs délais.

Concernant la situation sanitaire actuelle, le LFC s'efforce à privilégier l’enseignement en 100% présentiel. Il applique le niveau 2 (jaune).

Soyons tous prudents, et arrêtons ensemble la propagation du virus !

Impact de la Covid - 19 sur l'AEFE 

En avril 2021, Olivier Brochet, directeur de l’Agence pour l’Enseignement Français à l’Étranger (AEFE) a souligné les points suivants : 

  • Cette année a été une épreuve pour les 540 établissements du réseau de l’AEFE. Ils ont néanmoins réussi à surmonter cette épreuve. Il y a eu un travail extraordinaire sur le terrain mené par les équipes avec le soutien de l’agence pour aider les lycées à ne pas fermer malgré la crise. 

 

  • Nous avons eu une aide budgétaire supplémentaire de 100 millions d’euros de crédits budgétaires, ainsi que des accès à des avances de trésorerie qui ont permis de soutenir tous les établissements et les familles en difficulté qu’elles soient françaises ou non. Le réseau a résisté et nous avons même eu un accroissement des établissements homologués. Nous avons essayé de garder l’ensemble des familles en fonction des difficultés qu’elles rencontraient.

 

  • Notre objectif essentiel est de convaincre les familles de rester dans le système scolaire français partout dans le monde. Traditionnellement, celles qui connaissent l’enseignement français à l’étranger y restent. C’est un enseignement d’excellence qui garantit à leurs enfants d’avoir le meilleur de l’éducation pour accéder ensuite au meilleur de l’éducation supérieure en France et à l’international. 

 

  • On espère doubler les effectifs d’ici 2030, mais évidemment la crise sanitaire nous oblige à revoir le rythme. Ce qui compte est que cet objectif nous a amené à repenser beaucoup de choses pour nous mettre en état d’accompagner le réseau dans ce développement. 

 

  • Nous avons plusieurs modèles qui prospèrent dans le monde. Il n’y a pas de raison, qu’avec la démographie qui augmente, la France n’ait pas sa place. Nous sommes un vrai réseau qui répond à beaucoup de nos expatriés à l’étranger. Nous devons le maintenir. C’est un réseau d’influence, du “soft power”. Il n’y a rien de tel que de renvoyer l’image de la France à travers son éducation la plus positive possible.